Google+ Montebourg 06: Arnaud Montebourg : "Mon projet pour l'école"

mercredi 31 août 2011

Arnaud Montebourg : "Mon projet pour l'école"


Après " Des idées et des rêves " et "Votez pour la démondialisation " (2 euros), Arnaud Montebourg sort en cette rentrée un troisième ouvrage intitulé " Mon projet pour l'école ", disponible gratuitement, par voie numérique.

Vous pouvez le télécharger dès aujourd'hui sur son site de campagne ou en cliquant ici.




Unir les acteurs, changer l’école

Parents, élèves, professeurs, personnels d’encadrement, tous se heurtent au système scolaire tel qu’il est : ses injustices, ses inégalités, sa trop faible capacité à faire réussir nos enfants. Il ne s’agit pas de désigner des coupables et des responsables, mais seulement de dresser le constat suivant : chacun, dans son rôle et là où il est, essaye de faire de son mieux dans le système scolaire tel qu’il est. Pourtant, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Si l’on ajoute l’échec scolaire encore massif, la forte reproduction sociale, l’angoisse des parents, l’absence d’espoir de beaucoup d’élèves – notamment dans les quartiers populaires – ou la mélancolie des professeurs, force est de constater que peu de gens tirent leur épingle du jeu. Finalement, tous sont devenus, au fil du temps, les otages d’un système scolaire qui ne remplit plus les attentes légitimes de la société. Bien sûr, il y a derrière ces difficultés une question de moyens, mais il y a aussi une question de système et de philosophie : quel est notre projet de société ? Quelle mission assigne-t-on à notre école ?
Parents que l’on veut dresser contre les professeurs, enseignants que l’on oppose entre eux, élèves de quartiers différents que le système pousse à la confrontation, vous êtes tous reliés par un fil invisible : le besoin de la transformation de l’école. Mon projet pour l’école vous est destiné. La société française a besoin d’un système scolaire plus juste et plus performant, qui donne à chacun accès à la réussite, qui élargit notre élite et qui construit une culture commune à tous. Mon projet pour l’école est frappé au coin de ces ambitions. Il fixe le cap et décrit, en 32 propositions, les moyens d’y parvenir
L’école réinventée est ainsi un élément du nouveau modèle social proposé par Arnaud Montebourg et doit prendre place à côté d’une nouvelle politique pour la jeunesse, d’une autre politique des villes ou d’une reconfiguration de la formation professionnelle ; autant de pierres qu'il faudra assembler dans le même édifice.

L’école est un point commun entre les Français

Tous, nous avons été élèves et portons avec nous nos bons et moins bons souvenirs. Beaucoup sont actuellement des parents ou grands-parents associés de près ou de loin à la scolarité de leurs enfants, des devoirs aux rencontres parents – professeurs. Sans oublier le million de Français qui travaille dans le système scolaire et relève tous les jours les défis si primordiaux de l’éducation de nos enfants, dans les conditions que nous connaissons, ni les entreprises qui ont besoin de futurs salariés compétents, capables de suivre ou anticiper le progrès technique. Bref, de l'ouvrier au cadre supérieur, en passant par l’entrepreneur ou le petit commerçant, tous, sans exception, sont convaincus que les savoirs sont essentiels à l’élévation de l’individu. L’école est ainsi le creuset de notre nation, celui où se bâtit une certaine idée de l'homme-citoyen, où se construit une culture commune, où l’on découvre la différence.

De vrais enjeux

Des questions lourdes sont posées aux futurs dirigeants de la France : comment enseigner ? Quelle pédagogie utiliser ? Faut-il aller vers des classes de niveau ? La concurrence entre établissements est-elle un progrès ? Quel rôle pour les familles ? Le collège unique est-il une bonne chose ? Qu’en est-il du métier d’enseignant à notre époque ? Et combien tout cela coûte-t-il ? La candidature d’Arnaud Montebourg est une candidature de contenu, qui s’attaque aux vrais problèmes de la société. Durant le mois qui vient, on nous trouvera des sujets de diversion, qui médiatiques, qui privés. Nous avons décidé d’affirmer ensemble « pas cette fois-ci ». Cette fois-ci nous parlerons des vrais sujets : de démondialisation, du capitalisme coopératif, de la reprise en main du système bancaire, ou de la construction d’une école juste et performante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire