Google+ Montebourg 06: La "tradition délinquante" de TF1 : quand l'actualité niçoise donne raison à Arnaud Montebourg

mardi 26 juillet 2011

La "tradition délinquante" de TF1 : quand l'actualité niçoise donne raison à Arnaud Montebourg

En octobre 2010 Arnaud Montebourg évoque la "tradition délinquante" de TF1, entre rappels à l'ordre récurrents du CSA, appauvrissement du débat démocratique, surenchère de la violence, et remet en question le renouvellement quasi automatique de la concession accordée à la chaine.
A l'époque, de nombreuses voix s'étaient élevées en jugeant les propos d'Arnaud Montebourg excessifs.
Venons-en désormais à une petite histoire niçoise démontrant, par la preuve, combien Arnaud Montebourg avait raison :
Tout commence en juin 2011 par un gentil reportage de TF1 à la gloire d’Eric Ciotti, président du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de son « contrat de responsabilité parentale », dispositif permettant de suspendre les allocations familiales des parents dont les enfants sont régulièrement absents à l’école. Sauf que voilà, le témoignage de la pauvre maman aidée par ce dispositif miracle est bidon : il s’agit de l’attachée de presse de Ciotti et Jacques Victor, élu communiste, la reconnaît…
«J’ai un enfant qui ne va plus à l’école, qui commence à sécher et je suis un peu inquiète.» Cette femme, qui se dit «désemparée» dans un sujet du «13 heures» de TF1 n’a, en réalité, pas d’enfants. La rumeur a courru sur Twitter, avant d’être confirmée sur France Info par Jacques Victor, président du groupe communiste au Conseil Général des Alpes-Maritimes.
Aussitôt mis en cause, Eric Ciotti se défausse sur son attachée de presse et sur TF1 : «Je n’étais pas au courant», dit-il, je suis «choqué». «C’est une faute professionnelle». Selon lui, son attachée de presse a participé au sujet «à la demande de TF1».
Aussitôt mise en cause, TF1 se défausse à son tour sur son partenaire local, Nice-Matin. La chaine explique que le sujet a été réalisé par Nice Matin avec qui elle a un accord pour la réalisation de reportages locaux.
Aussitôt mis en cause, Nice Matin se défausse enfin sur sa filiale télé « NIMTV » : Cette affaire ne concerne "absolument pas " la rédaction du quotidien régional, a estimé Frédéric Touraille, directeur général délégué de Nice Matin et gérant de la filiale NMTV. "C'est une filiale qui réalise les reportages dans le cadre de contrats de correspondance avec TF1, pas la rédaction. Je ne veux pas que cette affaire lui porte préjudice."
Comment tout cela a-t-il été possible ? Le directeur de la communication du conseil général, Eric Doré, a déclaré à l’AFP : « Pendant le reportage, une maman devait témoigner, elle n'est pas venue, la journaliste a alors proposé à l'attachée de presse de jouer les témoins, ce qu'elle a malheureusement accepté ».
Pour la petite histoire la dite attachée de presse a, dès que l’affaire a été rendue publique, démissionnée. Les deux journalistes ayant réalisé le reportage ont été mis à pied. Jean-Pierre Pernaut a présenté ses excuses au public au nom de la chaine. Le CSA, lui, vient de mettre en demeure la chaîne "de se conformer aux stipulations des articles 20 et 22 de sa convention", selon lesquels "l'exigence d'honnêteté s'applique à l'ensemble du programme. La société vérifie le bien-fondé et les sources de l'information (...) La société fait preuve de rigueur dans la présentation et le traitement de l'information".
Comme quoi, Arnaud Montebourd avait raison. Il y a bien manipulation de l'information, non conformité aux principes déontologiques et le renouvellement quasi automatique de la licence de TF1 n'est pas anodin. C'est un acte politique majeur et le contrôle des médias est bien un enjeu de société.
Nous sommes à la veille de l'élection présidentielle de 2012. Lorsque l'on se souvient du poids de TF1 dans l'élection de 2002 et de l'échec de Lionel Jospin devant le matraquage du thème sécuritaire, lorsque l'on se souvient du poids de TF1 dans l'élection de 2007 et de l'échec de Ségolène Royal devant le matraquage du thème de son incompétence supposée et de ses prétendues bourdes à répétition, on est porté à nourrir quelques inquiétudes...
David Nakache.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire