Google+ Montebourg 06: Démondialisation : trois fois merci Monsieur Fillon !

samedi 2 juillet 2011

Démondialisation : trois fois merci Monsieur Fillon !


François Fillon, en déplacement au Cambodge, a défendu la mondialisation et s'en est ouvertement pris aux tenants de la démondialisation.

En critiquant ainsi la démondialisation, notre premier sinistre nous a, sans le vouloir, rendu trois services majeurs.

Il a, d'une part, consacré la démondialisation comme le principal thème de l'élection présidentielle : c'est une véritable ligne de fracture entre la vraie gauche et la droite. D'un côté l'UMP qui, en défendant la mondialisation défend les délocalisations, le chômage de masse au nord et l'exploitation au sud. De l'autre la "vraie" gauche, celle qui ne peut se satisfaire de gérer le système libéral mais qui veut profondément le transformer. Que le premier sinistre lui-même s'oppose à la démondialisation témoigne de la portée de cette thématique, qui s'attaque à ce que la droite à de plus cher : le marché roi, sans règle et sans contre pouvoir.

Il a, d'autre part, répondu sur une thématique imposée à l'agenda médiatique par la gauche, et principalement par Arnaud Montebourg. Cela prouve qu'en prenant à bras le corps les problèmes de fond, comme les délocalisations, la régulation du libre échange et, au final, notre modèle de développement économique, nous pouvons imposer nos thèmes au débat médiatique. En effet, cela fait plusieurs mois que nous subissons les thèmes de l'UMP : identité nationale, burqa, bi-nationalité, assistanat, etc. Arnaud Montebourg, avec son livre "Votez pour la démondialisation !", vendu à 2 € et donc accessible au plus grand nombre, à remis le projet politique au coeur de la scène médiatique.

Enfin, François Fillon, en tentant grossièrement de rejeter sur le même plan Arnaud Montebourg et Marine Le Pen, lutte contre les paradis fiscaux et sortie de l'euro, internationalisme et repli sur soi, nous permet de clarifier encore un peu plus ce qu'est la démondialisation.
La démondialisation est une politique volontariste face au fatalisme régnant devant le système libéral du « toujours plus », du profit, de la rente, au détriment à la fois de l’environnement et des salariés eux-mêmes. Il s’agit, concrètement, par un protectionnisme "vert et solidaire" de taxer, aux frontières de l’Union Européenne, les produits qui ont été fabriqués dans les pays exportateurs sans respecter les normes de protection de l’environnement et les normes de l’Organisation Internationale du Travail (interdiction du travail des enfants, protection des travailleurs, etc). La défense des intérêts nationaux ne se fait alors pas au détriment des pays émergents, mais contribue tout à la fois à améliorer les conditions de travail des salariés des pays pauvres et à protéger l'environnement.
La démondialisation amorce la mutation écologique de notre mode de production et de consommation. Elle s'accompagne du démantèlement des paradis fiscaux et de la promotion du capitalisme coopératif. Elle constitue une alternative concrète et crédible au capitalisme dérégulé.

On ne peut donc que remercier François Fillon pour les trois services qu'il vient de nous rendre !

A lire : l'article du Monde du 02.07.11, "A Phnom Penh, François Fillon défend la mondialisation".

David Nakache

1 commentaire:

  1. Fillon, Besson, Lellouche et maintenant Longuet... à qui le tour ? C'est bientôt l'ensemble du gouvernement qui aura pris la parole pour défendre les multinationales et le libre échange contre Arnaud Montebourg, sans compter sur Minc et Lamy, qui défendent leur gagne-pain à grand tour de déclaration de presse... Qu'ils continuent, chaque fois qu'ils défendent la mondialisation, les Français comprennent un peu plus encore combien nous avons raison...

    RépondreSupprimer