Google+ Montebourg 06

jeudi 11 février 2016

Comment Arnaud Montebourg se prépare pour 2017... au cas où

Article publié de Léa Lejeune publié sur Challenge.fr le 11.02.2016 

En 2014, l'ancien ministre du Redressement productif a déclaré: "je vais prendre exemple sur Cincinnatus qui préféra quitter le pouvoir pour retourner à ses champs et à ses charrues". Et a priori, il s’y tient... Mais jusqu'à quand ? 

Reviendra, reviendra pas? Le livre L’Alternative Arnaud Montebourg (Editions Cherche-Midi), sorti ce jeudi en librairies, fait le pari du grand retour de l'ancien ministre du Redressement productif. Ecrit par le journaliste de l’AFP Antonio Rodriguez, il retrace son parcours depuis son arrivée à Bercy jusqu’à ses premiers pas d’entrepreneur, en passant par les sauvetages d’usines et les bras de fer avec ses collègues du gouvernement. Il donne la parole à l’ancien élu qui a justement choisi de raréfier ses interventions publiques liées à la politique: deux parutions presse l’an dernier pour critiquer l’austérité économique et son inefficacité. Dans L’Alternative, Montebourg s’attaque au « sarkhollandisme économique. C’est la même politique économique. La même politique fiscale aussi qui consiste à faire payer les classes moyennes ». Il prend soin de ne pas citer « l’UMPS » de Marine Le Pen. Il affirme défendre des idées parfois de gauche, parfois de droite, sans trop vouloir rentrer dans une case. Sa politique à lui? « Une sorte de gaullisme social. Une synthèse entre le colbertisme, l’amour de l’entreprise, la liberté d’entreprendre, le goût de l’innovation et la protection des gens qui travaillent ». Ambitieux.

vendredi 15 janvier 2016

Montebourg va rejoindre un mouvement anti-austérité lancé par Varoufakis

Article publié sur le site du Figaro, le 13.01.2016

 LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - L'ex-ministre de l'Économie doit participer à un rassemblement qui sera lancé à Berlin le 9 février par son homologue grec. Il visera à promouvoir une politique de relance à l'échelle européenne. Est-ce le retour d'Arnaud Montebourg dans l'arène politique? 

Dans un entretien à la télévision suisse, l'ancien ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a annoncé ce mercredi le lancement d'un mouvement anti-austérité européen. Une structure «transnationale», «ouverte à tous ceux qui partagent la volonté de recréer une politique d'investissement et de relance en Europe», explique l'ex-ministre. Il confirme par ailleurs la participation de son «excellent ami» Arnaud Montebourg à la création de ce mouvement. «Le 9 février, nous allons lancer cette “fête”, qui n'est pas un parti politique, mais un rassemblement de personnes pour trouver des solutions», annonce-t-il.


jeudi 24 décembre 2015

Déchéance de nationalité, état d'urgence : les dangers du hollandisme sécuritaire

Déchéance de nationalité, état d'urgence : le hollandisme sécuritaire, sous couvert d’union nationale et de lutte contre le terrorisme et sous couvert de lutte contre la progression de l’extrême droite en France, d’une part valide les thèses portées par l’extrême droite en les reprenant à son compte et d’autre part contribue à la division des français recherchée par les terroristes eux-mêmes.

En réaction aux attentats de janvier 2015, François Hollande et son gouvernement ont fait voter une loi sur le renseignement donnant une nouvelle orientation à la politique sécuritaire française. Les droites françaises, prises de court, après avoir ergoté, ne purent qu’approuver.
En réaction aux attentats de novembre 2015,  François Hollande a tenu, devant le Parlement réuni en congrès, à Versailles, un discours guerrier, annonçant la mise en place de l’état d’urgence et de plusieurs mesures sécuritaires.

vendredi 18 décembre 2015

Délit de solidarité : Claire, 72 ans, condamnée pour un peu d'humanité

Le TGI de Grasse vient de rétablir le délit de solidarité, pourtant supprimé par le gouvernement en janvier 2014, au détriment de Claire, 72 ans, pour avoir aidé deux réfugiés à rejoindre la gare d'Antibes. Menottée, interrogée et placée en garde à vue durant 24h, Claire a été traitée comme une dangereuse délinquante...

Claire a 72 ans. Maître de conférences à la retraite, Claire est une bénévole associative, une militante de la solidarité et de l'entraide.
Claire a été menottée, placée en garde à vue durant 24h, son domicile perquisitionné et son téléphone portable mis sous scellées.
Aujourd'hui, 18 décembre 2015, Claire vient d'être condamnée à 1500€ d'amende par le TGI de Grasse.

vendredi 11 décembre 2015

Elections régionales PACA, l'abstentionnisme et le vote blanc

Le retrait de liste du PS en PACA laisse les électeurs de gauche orphelins. Beaucoup souhaitent manifester leur rejet des deux candidatures en lice sans pour autant s'abstenir. Pour cela, le vote blanc doit devenir bloquant. Car les Français ne se désintéressent pas de la politique, c'est l'offre politique qui est en inadéquation profonde avec leurs attentes.

"Inadmissible", "honteux", "scandaleux"... les mots sont forts et les témoignages nombreux. Le retrait de la liste PS-PRG-MRC en PACA laisse des électeurs de gauche orphelins, au bord de la nausée, avec le sentiment amer de s'être fait piégés. Impossible de voter pour une liste réellement républicaine au second tour puisqu'il n'y en a plus aucune en lice. On leur demande alors de choisir, selon la très juste expression de Jean-Luc Mélenchon, entre deux "nuances de xénophobie".
La responsabilité collective est grande dans la montée du Front National, depuis une trentaine d'années, à droite comme à gauche.

lundi 7 décembre 2015

Elections régionales : le retrait de liste, une faute politique majeure

Au lendemain du 1er tour des élections régionales, le retrait de listes PS constitue une faute politique majeure. Elle fausse le choix démocratique du 2nd tour et prive les citoyens d'élus de gauche pour défendre leurs intérêts à la Région. Etre candidat à une élection c'est assumer la fonction d'élu même dans l'opposition, même dans l'ombre, dossier après dossier. Un renoncement de plus.

Au lendemain du 1er tour des élections régionales 2015, le retrait de listes PS constitue une faute politique majeure.
On comprend bien évidemment le choix de ne pas porter directement et nominativement la responsabilité de l'accession du FN aux responsabilités régionales. Et ce choix constitue un réel dilemme moral.

mercredi 25 novembre 2015

Souviens toi l'été dernier : la Côte d'Azur, une plage de sable et... le roi d'Arabie Saoudite

Été 2015, la République s'efface devant le roi d'Arabie Saoudite, privatisant pour lui une plage publique au nom du partenariat financier entre le pays des Lumières et le pays de l'islamisme radical. Cet épisode est un symbole de la dérive de la politique étrangère française qui, renonçant à ses valeurs, renonce peu à peu à peser dans le monde et à parler au nom des droits de l'Homme.

Nous étions nombreux, l'été dernier, à nous émouvoir de la privatisation d'une plage azuréenne au profit du roi d'Arabie Saoudite (lire ici et ici).
Je me souviens d'élus locaux nous expliquant qu'il fallait penser aux retombées économiques du royal séjour, le roi venant avec une suite de 1000 personnes venant consommer chez nous, avec près de 800 chambres réservées.
Je me souviens des décomptes précis des bénéfices attendus pour la restauration, l'hôtellerie et les commerces des villes voisines publiés dans la presse azuréenne.
Je me souviens du sous-Prefet de Grasse, représentant de l'État, nous expliquant que l'on ne pouvait froisser l'Arabie Saoudite qui "a fourni un milliard d'euros pour équiper l'armée libanaise en armes françaises."
Le drame tout entier de la politique étrangère française est contenu dans ce type d'affaires : prétendre être le pays des droits de l'Homme tout en les reniant pour de l'argent.

vendredi 13 novembre 2015

Manuel Valls, fossoyeur

Que d'éminentes personnalités politiques s'étonnent publiquement de la stratégie de Manuel Valls de fusion des listes régionales socialistes avec les listes "Les Républicains", relève au mieux d'une sidérante naïveté, au pire d'un cynisme assumé.
Manuel Valls, fossoyeur libéral et sécuritaire d'une gauche agonisante, poursuit méthodiquement son oeuvre.
Mais revenons un instant sur la stratégie de la défaite proposée par le premier ministre.
Le projet d'un Front Républicain n'est envisageable qu'avec de véritables républicains, ce que le parti politique "Les Républicains" n'est pas.
L'UMP est progressivement passée d'une droite décomplexée à une droite extrême ne faisant que promouvoir des thèses nationalistes et xénophobes. Puis elle s'est renommée, comme si porter le nom de "républicain" la dispensait définitivement de l'être.

dimanche 1 novembre 2015

La France, c'est chacun d'entre nous. Réponse à la Fédération des Musulmans du Sud

La Fédération des Musulmans du Sud (FMS) a publié le 30 octobre 2015, via Facebook, une "Lettre à France" à la fois sincère et révélatrice des contradictions qui tourmentent aujourd'hui une partie de nos compatriotes de confession musulmane.
Je la retranscris ici en intégralité et me propose d'y apporter quelques éléments de réponse susceptibles, je l'espère, d'alimenter notre réflexion commune.
"Lettre à France:
Nous sommes à un tournant de ton Histoire. Un tournant où nous, Français musulmans, issus de l'immigration ou pas, attendons que tu reconnaisses tes erreurs et les répare.
Peut-être sommes nous bercés d'illusions mais nous voulons y croire.
Croire que nos livres ne mentaient pas lorsqu'ils nous décrivaient une France multiculturelle, laïque et loin des discriminations.
Malheureusement plus le temps avance et plus la situation pour nous devient insupportable. Il ne se passe pas une journée sans que nous ne soyons le sujet fétiche des médias. Ce principe de laïcité, qui devait garantir notre liberté est devenu notre bourreau. Chaque jour, au nom de l'Etat laïc, tu exclus.
Aujourd'hui, on est loin de cette France des années 80-90 où l'Etat Islamique et Daesh n'existaient pas.
Le problème c'est qu'après chaque attentat, chaque horreur perpétrée par ces monstres, tu en profites pour restreindre nos libertés. Que tu l'admettes ou pas, tu nous tiens pour complices.
Il est normal que tu luttes contre les attaques terroristes et que tu prennes les mesures nécessaires pour les neutraliser, mais tu dois aussi comprendre que cette lutte ne se fera pas sans nous.
Quel type de message crois-tu envoyer à nos enfants lorsque des établissements refusent que des mères voilées puissent les accompagner à des sorties scolaires? Tu les attaques à travers ce qu'ils ont de plus cher, leur maman. Ce n'est pas la meilleure façon de faire naître un sentiment de patriotisme. Tu produiras l'effet inverse et tu le sais, mais peut-être que ça te plaît. Tu pourras ensuite accuser les jeunes de se communautariser. Alors qu'en réalité, tu es seule à devoir en porter la responsabilité.
Sur la question du voile, il faut accepter qu'une tenue vestimentaire relève des libertés individuelles. Il est inconcevable que tu puisses encore envisager qu'en 2015, les femmes voilées le sont parce qu'elles sont forcées et que tu dois à tout prix les libérer. Ce paternalisme post-colonial doit cesser. Le voile n'est pas un signe de soumission même si tu t'évertues à le présenter comme tel.
Mais si seulement tu t'étais arrêtée au voile...
Tu nous parles aujourd'hui de nos repas. Viande halal et repas sans porc sont devenus des sujets récurrents. Pourquoi vouloir encore t'occuper de ce qui se trouve dans nos assiettes? Les repas de substitution à la cantine ont toujours existé, sauf qu'en 2015, la France est Charlie. Donc à la réponse, comment stigmatiser encore un peu plus les musulmans, tu répondras par cette polémique stérile. L'école ce lieu de vivre-ensemble et d'apprentissage montre nos enfants du doigt.
Il n'est pas trop tard pour que tu reprennes tes esprits et que cette période noire ne devienne qu'un mauvais souvenir.
Il n'est pas trop tard pour que ta devise "Liberté, Égalité, Fraternité" retrouve son sens.
Il n'est pas trop tard pour que tu ne fasses plus de différences entre tes enfants. Les enfants de cette République.
Qu'Allah te bénisse.
La Fédération des Musulmans du Sud"

mardi 20 octobre 2015

Polygone Riviera, symbole d'une urbanisation commerciale en dépit du bon sens ?

Il aura fallu 20 morts durant les terribles inondations de la nuit du 3 au 4 octobre pour que la question de l'urbanisation et l'imperméabilisation des sols soit enfin posée dans le débat azuréen. 
L'inauguration en grandes pompes d'un nouveau centre commercial proche d'un cours d'eau classé "zone rouge", trois semaines à peine après le drame, résonne comme une insulte faite aux victimes, à leurs proches et à tous les sinistrés.
En effet, le Polygone Riviera de Cagnes Sur Mer sera inauguré demain 21 octobre 2015. Il est situé dans une zone historiquement marécageuse, à côté du Malvan, un cours d'eau classé "à risques" et par endroit "zone rouge". On annonce pourtant fièrement l'ouverture du premier centre commercial de France à ciel ouvert, avec 70 000 m2 de surface commerciales, 150 boutiques, 24 restaurants, 1 casino, 1 cinéma et 3 000 places de parking en sous-sol, vous savez, ce sous-sol déjà inondé par les intempéries il y a trois semaines à peine...
Outre la polémique consistant à déterminer si oui ou non le Polygone est construit en zone inondable, cette inauguration pose de nombreuses questions.

mercredi 7 octobre 2015

De la droite décomplexée à l’extrême droite

Qui sème le sarkozysme récolte Morano
Déferlement de haine, d'islamophobie et de racisme. Les digues volent en éclats. Les barrières patiemment érigées contre la haine s'effondrent pendant que l'on dresse des barbelés et des murs à nos frontières. Ceux-là même qui veulent le retour de la morale à l'école ne savent plus où se situe le bien et le mal. Ceux-là même qui parlent du vivre ensemble traquent l'ennemi de l'intérieur et désignent le bouc émissaire. De vagues de terreurs en vagues de rancœurs, la France écume de rage.
Overdose médiatique autour d'un Zemmour au grand récit national maurrassien, obsession idenditaire réactionnaire d'un Finkielkraut, retour au droit du sang et culte de l'autorité d'un Ciotti, troisième guerre mondiale et cinquième colonne d'un Estrosi, préférence nationale soudain devenue politiquement correcte lorsqu'il s'agit de préférer un SDF français à un réfugié étranger, préférence confessionnelle assumée lorsqu'il s'agit de préférer un réfugié chrétien à un réfugié musulman, racisme grossier d'une Nadine Morano faisant presque passer Nicolas Sarkozy pour un "républicain"... Le débat public français est saturé de xénophobie. Car il ne faut pas s'y tromper, Nadine Morano n'est qu'un symptôme. Mais de quel mal plus profond est-elle alors la manifestation ?


mardi 22 septembre 2015

Referendum socialiste : à la recherche d'une légitimité perdue

Le PS veut organiser un referendum sur l'union de la gauche aux élections régionales dès le premier tour. 
La logique veut pourtant que chaque parti interroge ses propres adhérents sur la stratégie électorale pour savoir s'ils souhaitent des unions avec les autres partis, sous quelles formes et à quel moment, ce que les autres formations politiques de gauche ont fait.
Le PS, lui, veut interroger au delà de ses rangs, dans des conditions plus qu'aléatoires, pour trouver une légitimité qu'il n'a pas à proposer une union d'une gauche qu'il ne représente plus.
Ce referendum résonne donc comme un terrible constat d'échec, celui d'une perte de légitimité à incarner les valeurs communes de la gauche suite à trois années de libéralisme appliqué méthodiquement par le gouvernement.
Ce qui veut dire que le PS a tellement peu de légitimité naturelle à proposer l'union de la gauche à ses partenaires qu'il a besoin d'un vote populaire pour imposer cette idée.